lundi 14 octobre 2019

Biscuits aux noix caramélisées

Une épaisse couche de noix enrobées d'un caramel onctueux, une pointe de fleur de sel, un sablé friable et fondant, le tout forme un biscuit simple, généreux, croquant et diablement addictif.

 
Biscuits aux noix caramélisées :     (pour 12 biscuits - cadre inox 17x24cm)
 
Pâte sablée :  100gr de farine - 35gr de sucre - 60gr de beurre salé - 30gr de poudre d’amandes - 1 petit oeuf (50gr,sans coquille)  
 
Au robot, sabler rapidement ensemble tous les ingrédients, verser dans le cadre 17x24cm (posé sur un tapis de cuisson), tasser du bout des doigts, laisser reposer la platine minimum une heure au réfrigérateur.
 
Garniture :   280gr de cerneaux de noix - 60gr de beurre - 70gr de crème (35%) - 120gr de cassonade brune - 1 pincée de fleur de sel
 
Hacher grossièrement les cerneaux de noix au couteau.  Préchauffer le four à 180°
 
Sortir la pâte sablée du réfrigérateur, enfourner pour 15 minutes.  Mettre le beurre, la crème, la cassonade et la fleur de sel dans une casserole, chauffer, dès ébullition ajouter les noix, mélanger, faire cuire jusqu'à ce que les noix soient bien enrobées d'un caramel onctueux (± 3 minutes).
 
Sortir le fond de biscuit du four, verser la garniture dans le cadre, tasser, lisser, enfourner pour 15 minutes.  Sortir du four, laisser tiédir 10 minutes avant de transférer sur une grille et décadrer.  Après complet refroidissement, transférer sur une planche et, à l'aide d'un grand couteau bien aiguisé, couper le biscuit en 12 portions ± égales.  Conserver à température ambiante (pas dans une pièce froide sinon il durcit).
 
 

jeudi 3 octobre 2019

Cake Banane, Sarrasin (sans lactose)

Retour d'une escapade Bretonne avec de la farine dans les bagages, les gars ayant laissé noircir des bananes dans la corbeille, le cake était évident.  Moelleux, savoureux, agrémenté de raisins secs, de rhum et de cannelle, il annonce en douceur l'arrivée de la saison "plaid et feu de bois"
 
 
Cake Banane, Sarrasin   -  sans lactose   (moule 8x25cm)
 
80gr de raisins secs - 30gr de rhum brun - 340gr de chair de bananes bien mûres (4) - 75gr d'huile neutre (maïs) - 120gr de cassonade blonde - 2 oeufs (120gr, pesés sans coquilles) - 140gr de farine (blanche) - 50gr de farine de sarrasin - 1 càc de poudre à lever - 1 càc de cannelle
 
Mettre les raisins secs dans une tasse, ajouter le rhum, laisser reposer minimum une heure, les raisins doivent avoir absorbé tout le rhum. 
 
Huiler le moule à cake.  Préchauffer le four à 170°
 
Mettre la chair des bananes dans le bol du robot muni de la feuille, faire tourner à petite vitesse jusqu'à obtenir une purée grossière, ajouter l'huile, la cassonade, les oeufs et les raisins réhydratés, mélanger toujours à petite vitesse, la purée doit être homogène mais il reste des morceaux, c'est normal.  Tamiser les farines, la poudre à lever et la cannelle directement dans le bol du robot, mélanger à petite vitesse jusqu'à obtenir une pâte homogène, inutile d'insister (ne pas pétrir).  Couler la pâte dans le moule, enfourner pour 50 minutes (la lame d'un couteau doit ressortir propre).  Laisser tiédir 10 minutes avant de démouler et refroidir complètement sur une grille.
 
Ce cake se conserve très bien trois jours à température ambiante, les parfums se développent et il garde tout son moelleux.

lundi 30 septembre 2019

Ciabatta au levain

La ciabatta est un pain Italien qu'ici on aime beaucoup, après la version classique refaite de nombreuses fois, l'évolution vers une version au levain était une évidence.  Comme mon levain est au seigle la mie est mêlée, légèrement plus dense qu'avec uniquement de la farine blanche.  Croûte croquante, mie alvéolée et dorée, sa texture et son goût sont incomparable.  Adoptée !
 
 
Ciabatta au levain     (pour un banneton 10x30cm)
 
320gr de farine de force (blé tendre, type 00, épicerie Italienne bio) - 220gr d'eau - 120gr de levain de seigle actif (50/50) - 40gr d'huile d'olive - 1 càc de sel  +  huile d'olive (pour les manipulations)
 
Mettre la farine et l'eau dans le bol du robot muni du crochet, pétrir à petite vitesse (± 30 secondes) pour obtenir une boule de pâte juste agglomérée, couvrir le bol et laisser reposer 30 minutes.  Au bout du temps de repos ajouter le levain, pétrir 3 minutes à petite vitesse, ajouter le sel et l'huile d'olive, pétrir 15 minutes, toujours à petite vitesse puis 3 minutes à vitesse moyenne.  La pâte est très collante mais lisse, souple et brillante, elle claque sur les parois du bol.  Mettre une càc d'huile d'olive dans le fond d'un saladier, huiler les parois à l'aide d'un pinceau, couler la pâte dedans, fermer le couvercle et laisser pousser ± 3 heures, la pâte doit doubler de volume (le temps de pousse est très variable suivant la t° de la pièce).
 
Ouvrir le saladier et, à l'aide d'une corne légèrement huilée (la corne est un ustensile en plastique souple en forme de demi-lune de ± 15cm), soulever délicatement la pâte pour la replier sur elle même à partir du bord vers le centre, tourner le saladier de 90 degrés et plier à nouveau, tourner, plier, tourner, plier, ... il faut répéter 8 fois le geste.  Remettre le couvercle et laisser de nouveau lever une heure.  Huiler légèrement la corne et répéter l'opération "plier/tourner 8 fois"  (le fait de replier la pâte 16 fois délicatement va introduire des bulles d'air dedans, c'est ce qui formera la mie si particulière de la ciabatta).  Après les 16 plis, fermer le saladier et laisser la pâte reposer et fermenter doucement une nuit au réfrigérateur.
 
Au bout du temps de repos la pâte doit avoir gonflé et faire des bulles.  Verser délicatement sur le plan de travail fariné, plier et rabattre en 4 tours, former un boudin (attention à limiter au maximum les manipulations pour que les bulles d'air restent bien emprisonnées dans la pâte), déposer dans un banneton 10/30cm, couvrir d'un linge propre et sec, laisser reposer 1 heure à température ambiante.
 
Préchauffer le four à 240° avec une plaque.
 
Dès que le four est à température, retourner le pain rapidement sur la plaque et cuire 23 minutes, la ciabatta doit être dorée et sonner creux quand on tapote la base.  Transférer sur une grille dès la sortie du four et laisser refroidir avant de déguster.

 

jeudi 12 septembre 2019

Cheesecake fleur d'oranger, Mirabelles

Ce cheesecake est le meilleur réalisé à ce jour (en version cuite), c'est Anne qui m'a parlé de cette base de recette, la texture est à mi-chemin entre un cheesecake traditionnel et une crème brûlée, onctueux, riche et incroyablement crémeux.  Les mirabelles caramélisées et compotées accompagnent à merveille la douceur de la crème, la base biscuitée croustille délicatement, l'ensemble est un régal. 

 
Comme l'appareil est liquide j'ai eu peur qu'il s'enfuit d'un cercle posé sur un tapis (ma méthode de cuisson habituelle pour le cheesecake), d'où le choix du moule en silicone, à toi de voir suivant ton matériel.
 
Cheesecake fleur d'oranger, Mirabelles         (moule silicone Ø20cm)
 
200gr de Spritz (biscuits sablés) - 50gr de beurre doux fondu - 330gr de Philadelphia Original (1 ravier) - 80gr de sucre - 2 gros ou 3 petits oeufs (145gr, pesés sans coquilles) - 200gr de crème (35%) - 20gr d'eau de fleur d'oranger
 
Préchauffer le four à 180°
 
Mettre les sablés dans un saladier et les réduire en poudre grossière au pilon, ajouter le beurre fondu, mélanger, répartir dans le fond du moule, tasser et lisser.  Enfourner pour 10 minutes, sortir du four et laisser tiédir.
 
Baisser la température du four à 140°
 
Mettre le Philadelphia et le sucre dans un saladier, mélanger au fouet à main pour détendre le fromage, ajouter les oeufs, mélanger mais sans fouetter vivement, ajouter la crème et l'eau de fleur d'oranger, mélanger, la préparation doit être lisse, homogène et sans bulle.  Couler dans le moule sur le fond de biscuit, enfourner pour 45 minutes.  Au bout du temps de cuisson le centre du cheesecake est tremblotant, c'est normal il s’affermira en refroidissant.  Laisser refroidir sur une grille, puis reposer au réfrigérateur pour minimum 12 heures (sans démouler).
 
Garniture :   500gr d'oreillons de mirabelles (pesées coupées en deux et dénoyautées) - 60gr de sucre blond - une petite poignée d'amandes effilées
 
Mettre le sucre dans une casserole sur feu moyen, dès qu'il est fondu ajouter les oreillons de mirabelles, laisser cuire, en mélangeant régulièrement, jusqu'à obtenir des fruits dorés, caramélisés, enrobés d'un sirop épais.  Réserver au réfrigérateur dans un récipient hermétique.  Faire blondir les amandes effilées dans une poêle à sec, après refroidissement réserver à température ambiante dans une boite en fer.  Le lendemain, démouler le cheesecake sur le plat de service, répartir les oreillons de mirabelles caramélisés sur les dessus, saupoudrer d'amandes effilées.  Servir bien frais. 

jeudi 5 septembre 2019

Muffins aux baies de sureau noir

Petites caissettes retrouvées en rangeant les placards, cueillette de sureau noir dans la forêt derrière chez nous, il n'en fallait pas plus pour faire naître l'envie de jolis muffins.  Mie moelleuse et parfumée, croûte croquante et dorée, combinaison parfaite pour une rentrée tout en douceur.


Muffins aux baies de sureau noir     (pour 9 caissettes Ø 7cm - hauteur 3,5cm)

Crumble :   50gr de beurre à température ambiante - 50gr de farine - 50gr de sucre - 40gr d'amandes effilées

Mélanger rapidement ensemble les ingrédients du crumble, il faut obtenir un sable grossier, réserver.

Pâte à Muffins :   90gr de cassonade blonde - 180gr de farine - 1 càc de poudre à lever - 1 càc de cannelle moulue - 1 pincée de sel - 90gr d'huile d'olive - 100gr de lait (demi écrémé) - 1 oeuf - 160gr de baies de sureau noir fraiches   

Poser les caissettes sur une plaque de cuisson, préchauffer le four à 180°

Mettre la cassonade, la farine, la levure, la cannelle et le sel dans un saladier, à l'aide d'un fouet mélanger à la main pour homogénéiser les poudres.  Dans un grand bol fouetter ensemble, à la main, l'huile avec le lait et l'oeuf.  Couler le mélange liquide dans le plat et mélanger la pâte rapidement à l'aide d'une spatule, inutile d'insister, la préparation doit être homogène mais non battue.  Ajouter les baies de sureau, mélanger délicatement puis couler la pâte dans les caissettes.  Répartir le crumble sur le dessus, enfourner pour 25 minutes (la lame d'un couteau doit ressortir sèche), ils sont dorés et sentent délicieusement bon.  Laisser refroidir sur une grille avant de déguster, conserver sous cloche à température ambiante.


Déshabille-moi . . .  C'est le chant du p'ti cake qui supplie, mange-moi ! 

 
 
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...